2001 | 2002 | 2003 
 
 "Écriture de vulgarisation et habileté rédactionnelle”
Trieste (Italie) - 18 mars / 2 avril 2003 - École Supérieure de Langues Modernes pour Interprètes et Traducteurs

 "Italie littéraire : écrivains contemporains face à face"
Salamanca (Espagne) - novembre 2002 - Université de Salamanca/ Prix Grinzane Cavour

 "Grinzanelettura"
Cosenza (Italie) - 4 décembre 2002 / 17 mars 2003 - Prix Grinzane Cavour

 "Réseau international de lecture"
Janvier / juin 2003 - Prix Grinzane Cavour (Italie)

 Atelier avec Bernardo Atxaga
Turin (Italie) - 30 août / 1 septembre 2003- Prix Grinzane Cavour

 Biblioquiz 2003
Du 2 juin au 31 juillet 2003 - Österreichisches BibliotheksWerk (Autriche) - Prix Grinzane Cavour (Italie) - Centre National de Littérature (Luxembourg)

 Cours Estival
Cambridge (Angleterre) - 13/19 juillet 2003 - Centre britannique de Traductions littéraires ("British Centre for Literary Translation")

 Ateliers de formation à la traduction théatrale
Seneffe (Belgique) - 9 novembre 2002 / 11 octobre 2003 - CETL

 Ateliers de traduction littéraire vers les langues étrangères
Seneffe (Belgique) 30 novembre 2002 / 26 octobre 2003 - CETL

 XI Journées sur la Traduction littéraire
Tarazona (Espagne) - 17/18/19 octobre 2003 - Casa del Traductor

 Nouvelles Frontières de la scène allemande
Février / Juin 2003 - Goethe Institut




"ÉCRITURE DE VULGARISATION ET HABILETÉ RÉDACTIONNELLE"
Trieste (Italie) - 18 mars / 2 avril 2003 - École Supérieure de Langues Modernes pour Interprètes et Traducteurs

Le 18 mars et le 2 avril 2003, la SSLMIT de Trieste a organisé, pour un groupe de futurs diplômés de la faculté, deux journées de séminaires sur le thème " Ouvrage de vulgarisation et habileté rédactionnelle ". Les bénéficiaires ont été sélectionnés selon les études menées pour la préparation de leurs mémoires de maîtrise respectifs, portant sur les différents secteurs de la traduction (prose littéraire, théâtre, essais sur l’architecture et l’histoire de l’art). Ouvert aux enseignants, aux étudiants et aux futurs diplômés, ce séminaire a été conduit par monsieur Rino Alessi, journaliste professionnel depuis 1982, rédacteur à " La Repubblica " de 1980 à 1987, collaborateur de nombreux quotidiens et revues, traducteur et éditeur d’essais et d’ouvrages littéraires pour le compte de Rizzoli et de Frassinelli. Au cours de ces deux journées, dix heures au total ont été consacrées au séminaire. En ce qui concerne l’impact de cette initiative nous pouvons affirmer que les objectifs fixés ont été atteints. Elle a offert aux bénéficiaires un approfondissement à plusieurs niveaux sur les techniques de l’écriture d’un point de vue journalistique et de l’édition littéraire, avec un intérêt particulier pour les aspects de la traduction et de la divulgation.
Cette initiative s’inscrit dans le cadre d’un effort de grande envergure, entrepris par l’École Supérieure de Langues Modernes pour Interprètes et Traducteurs de Trieste et visant à offrir à ses futurs diplômés et néo-diplômés tous les instruments leur permettant d’appliquer le savoir-faire linguistique et de traduction acquis au cours de leur cursus, à des activités professionnelles du domaine de l’édition et de la communication au public. En ce sens, la SSLMIT entendait offrir des points de réflexion et des stratégies analytiques permettant de juger de l’impact d’un texte, qu’il s’agisse d’un texte traduit ou d’un texte original, dans l’optique de sa publication et de son accessibilité à un lecteur non spécialiste. Les principaux genres textuels retenus ont été les ouvrages littéraires en prose, les essais de vulgarisation, les commentaires et approfondissements destinés à être publiés sur revues ou quotidiens.
En ce qui concerne l’impact de cette initiative nous pouvons affirmer que les objectifs fixés ont été atteints, permettant aux bénéficiaires de mieux appréhender certains aspects liés aux techniques de l’écriture. L’approche particulière adoptée, qui prévoyait de commencer par l’auto-analyse de textes rédigés par des néo-diplômés, a débouché sur un fort investissement des étudiants. L’aspect de la vulgarisation, à l’origine de l’atelier, a permis d’intégrer les différents domaines d’étude et de compétence résultant des recherches menées pour la réalisation des mémoires de maîtrise. Leur diversité n’a en rien représenté un obstacle à la participation conjointe mais au contraire, elle a permis la continuité de l’échange d’opinions au sein du groupe d’étude. Les participants ont en effet fait preuve d’un grand intérêt, voire d’une réelle passion et d’une grande force de proposition trouvant, lors des phases d’application sur les textes, la confirmation de l’efficacité de certaines des techniques d’écriture proposées.





"ITALIE LITTERAIRE : ECRIVAINS CONTEMPORAINS FACE A FACE"
Salamanca (Espagne) - novembre 2002 – Université de Salamanca / Prix Grinzane Cavour

L’Université de Salamanca a organisé, en collaboration avec le Prix Grinzane Cavour, l’atelier " Italie littéraire : confrontation d’écrivains contemporains ".
Cette manifestation, à laquelle ont adhéré des écrivains, des journalistes et des professeurs universitaires, a enregistré la participation d’un vaste public, composé en majorité d’italianisants espagnols.
Cette rencontre était organisée en marge de l’initiative intitulée " Salamanca, Ville européenne de la culture 2002 ".
L’atelier s’inscrit dans le programme prévoyant des rencontres entre lecteurs et écrivains pour promouvoir la lecture. Pour ce qui est de l’impact de cette initiative, nous pouvons affirmer que les objectifs fixés ont été atteints et ce fait est confirmé entre autres par une forte participation de public, source d’échanges culturels au plan international.
Les témoignages directs des écrivains invités à participer à la rencontre ont permis de tracer le profil d’une nouvelle génération d’écrivains capables, à travers la littérature, de représenter l’Italie du nouveau millénaire, d’exprimer la culture qui après le 11 septembre 2001 se mesure sur la signification de l’écriture et s’interroge sur la façon de transmettre aux lecteurs le plaisir de la lecture.
Plusieurs écrivains sont intervenus, notamment : Arnaldo Colasanti, Raffaele Crovi, Gianni Farinetti, Raffaele Nigro, Romana Petri, le journaliste Sergio Buonadonna (Il Secolo XIX) et les professeurs Paulino Matas Gil, Vicente Gonzalez Martin et Giuliano Soria. L’atelier a également été suivi par un groupe de 20 étudiants sélectionnés par l’Université de Salamanca.
Grâce à la collaboration entre l’Université de Salamanca et le Prix Grinzane Cavour, l’atelier a enregistré un bon retour de public. L’image que les écrivains ont voulu transmettre aux participants est celle d’une littérature en bonne santé qui accepte de relever les défis les plus ambitieux, sans se reposer sur les lauriers d’une critique qui a tendance à récompenser toujours plus les ouvrages faciles.
Cette rencontre peut être considérée comme une vaste promotion de la lecture. Pour nos auteurs, c’est un point de départ pour se faire connaître, lire et écouter.






"GRINZANELETTURA"
Cosenza (Italie) - 4 décembre 2002 / 17 mars 2003 – Prix Grinzane Cavour

Le projet " Grinzanelettura " est une invitation à la lecture. Il s’approprie la philosophie des " readers development " qui placent au centre de l’attention non plus le livre et son auteur mais la lecture et l’activité créatrice de la lecture.
De la sorte, la lecture devient une phase du processus d’éducation, d’apprentissage et de formation qui implique directement et concrètement les jeunes provenant de toute l’Italie. Le projet a associé plusieurs institutions qui, depuis de nombreuses années, suivent une politique de promotion culturelle concrète auprès des jeunes telle la diffusion de la lecture de textes ne rentrant pas dans les programmes scolaires : une façon de rendre les jeunes acteurs des processus culturels de la société contemporaine.
A notre avis, les objectifs fixés ont été pleinement atteints et la participation enthousiaste des jeunes a démontré toute la validité de cette initiative.
Trois romans contemporains ont été lus par les étudiants participants qui en ont effectué la recension : Erri De Luca (Montedidio – Feltrinelli) ; Raffaele Nigro (I fuochi del Basento - Giunti) ; Domenico Starnone (Via Gemito – Feltrinelli). Une commission, composée des Directeurs généraux régionaux des Bureaux scolaires régionaux de Calabre et de Lucanie et des Directeurs des quotidiens " Gazzetta del Sud " et " Il Quotidiano di Calabria ", du Président de la Fondation Cassa di Risparmio di Calabria et Lucanie, Mario Bozzo, et du Président du Prix Grinzane Cavour, Giuliano Soria, a sélectionné les meilleures recensions qui ont été publiées sur les quotidiens " Gazzetta del Sud " et " Il Quotidiano di Calabria ", partenaires de l’initiative et sur le site Internet du Réseau Grinzane Europa.
Le projet s’est clôturé par une rencontre organisée le 17 mars 2003 à Cosenza au cours de laquelle tous les étudiants participants ont discuté et élaboré les recensions des romans contemporains lus. Nombreux intervenants, notamment l’écrivain espagnol Alfredo Conde, l’écrivain irakien Younis Tawfik et les écrivains italiens Arnaldo Colasanti, Raffaele Nigro, Romana Petri, Domenico Starnone et Alain Elkann.
Ont participé à l’atelier les étudiants de dernière année du lycée classique " Pasquale Galluppi " de Catanzaro, de l’Institut d’Enseignement Supérieur " Sant’Arcangelo " (Potenza) et du lycée classique " Gioacchino da Fiore " de Rende (Cosenza) soit un total de 46 participants.





"RESEAU INTERNATIONAL DE LECTURE"
Janvier / juin 2003 - Prix Grinzane Cavour (Italie)

Par le biais de ces rencontres, la lecture devient partie prenante du processus d’enseignement, d’apprentissage et de formation qui implique directement et concrètement surtout les jeunes.
Les institutions concernées poursuivent depuis des années une politique de promotion culturelle concrète auprès de la jeunesse, dans ce cas, à travers la diffusion de la lecture de romans contemporains : une façon de rendre les jeunes acteurs des process culturels de la société au sein de laquelle ils évoluent.
Cette initiative est née pour contribuer à valoriser les romans italiens et étrangers et à favoriser, au sein de l’école, l’habitude de la lecture de romans pour suivre le parcours d’auteurs souvent négligés par les programmes d’étude. Elle se fixe de développer chez les jeunes une ouverture mentale et culturelle supérieure et de les aider à comprendre la pensée d’auteurs contemporains.
C’est dans cette optique que le Prix Grinzane Cavour organise un Réseau international de Lecture composé d’étudiants des trois années de lycées italiens et étrangers (Bruxelles, New York, Paris, Buenos Aires, Berlin, Prague, Tokyo, Fiume, Stockholm) soit un total de 22 établissements et 286 étudiants. Ces centres ont été sélectionnés en fonction d’une liste fournie par le Ministère de l’Éducation et le Ministère des Affaires Étrangères. Les différents instituts couvrent plusieurs zones géographiques et groupes de population et représentent tous les types d’école (avec prédominance des établissements à vocation humaniste).
Au mois de juin, les représentants des différentes écoles se sont rencontrés à Turin pour parler de leur choix, sur la base des textes proposés, et exprimer ainsi leurs préférences.

Les six ouvrages retenus par les membres du jury du Prix Grinzane Cavour et donnés à lire aux jeunes écoliers furent :

Romans italiens :
Alberto Asor Rosa - L’alba di un mondo nuovo - Einaudi
Boris Biancheri - Il ritorno a Stomersee - Feltrinelli
Clara Sereni - Passami il sale - Rizzoli

Romans étrangers :
Javier Cercas - Soldati di Salamina - Guanda
Miljenko Jergovic - Mama Leone - Libri Scheiwiller
Ahmadou Kourouma - Allah non è mica obbligato - Edizioni e/o

Les livres cités ci-dessus ont été adressés aux différents centres de lecture et les préférences des jeunes ont, cette année, été aux romans de Javier Cercas et Boris Biancheri.
Le Réseau de lecture est un exemple très représentatif de centre de lecture institué pour analyser et voter les ouvrages finalistes du Prix Grinzane Cavour.
Les centres de lecture sont également très utiles pour appréhender les changements des paramètres d’évaluation des jeunes du même âge en fonction du contexte social propre à chacun d’eux.
Le contexte culturel au sein duquel les jeunes grandissent influence et conditionne fortement l’interprétation d’un ouvrage littéraire. Les résultats obtenus sont utiles pour brosser un tableau complet des habitudes et des goûts des jeunes lecteurs et aider les institutions qui, à l’instar de la nôtre, travaillent toujours au contact des jeunes pour mieux les comprendre et satisfaire au plus près leurs exigences en matière de lecture.





ATELIER AVEC BERNARDO ATXAGA
Turin (Italie) - 30 août / 1 septembre 2003- Prix Grinzane Cavour

À travers des séminaires, des rencontres avec l’auteur et la traduction de textes, les langues considérées comme minoritaires acquièrent une dignité littéraire pour être répandues et comprises par un public plus vaste au-delà des confins régionaux. Protagoniste de notre rencontre, l’auteur est confronté à un groupe de jeunes traducteurs. Fruit de la rencontre, le petit volume en version trilingue intitulé " Metodo per scrivere un racconto con scioltezza ", publié par le Prix Grinzane.
Ce séminaire avec l’écrivain basque Bernardo Atxaga (pseudonyme de José Irazu Garmendia), s’est déroulé du 30 août au 1er septembre 2003 à Turin.
A cet atelier, a participé un groupe de 14 jeunes étudiants en littérature espagnole qui ont analysé avec l’écrivain un récit rédigé en euzkera et traduit par l’auteur lui-même en espagnol.
Les deux textes ont été confrontés et traduits également en italien.
À travers la publication de récits rédigés dans des langues minoritaires puis traduits, activité consolidée du Prix Grinzane, comme anticipé ci-avant, les principaux résultats obtenus ont été l’élargissement du dialogue culturel entre pays de langues différentes et la sensibilisation des jeunes pour les langues peu répandues propres à des réalités géographiques bien particulières. Par le biais de ces rencontres les jeunes apprennent, en dialoguant avec l’écrivain, les difficultés et les obstacles qu’un auteur ainsi lié à ses propres traditions doit affronter pour être reconnu et bénéficier d’une certaine visibilité non seulement au plan local. Les jeunes ont ainsi pu réaliser qu’être compris du plus grand nombre est important, pour ne pas dire fondamental. C’est ainsi que naît le travail du traducteur, processus délicat qui doit survenir sans jamais dénaturer la langue d’origine.





BIBLIOQUIZ 2003
Du 2 juin au 31 juillet 2003 - Österreichisches BibliotheksWerk (Autriche) – Prix Grinzane Cavour (Italie) – Centre National de Littérature (Luxembourg)

Cent quatre-vingt-sept personnes ont pris part au présent projet en ligne. Les participants étaient ressortissants de nombreux pays notamment : Allemagne, Autriche, Belgique, France, Irlande, Italie, Japon, Luxembourg, République tchèque et Suisse.
Les archives d’enregistrement (" log file ") révèlent que 12.210 internautes ont visité la page contenant les questions (sur laquelle ils ont passé plus d’une minute).
Le retour d’informations (" feedback ") a été extrêmement positif. Nous avons atteint notre objectif de fusionner le monde de la littérature et de la culture au monde des technologies modernes. Avantages permanents et à long terme : pour les répétitions, le Quiz restera en ligne même après la date de clôture et plusieurs organisations allemandes ont commencé à incorporer le Biblioquiz à leurs projets scolaires.

Le " Biblioquiz 2003 " est un projet de coopération entre 5 partenaires de 3 pays :
- Österreichisches BibliotheksWerk (A – Salzburg ; gestion projet) ;
- Amt für Bibliothekswesen (I - Bolzano) ;
- Bibliotheken-Service für Schulen (A - Vienne) ;
- Centre national de littérature (L - Mersch) ;
- Premio Grinzane Cavour (I – Turin).

Avec la collaboration d’autres partenaires, le Biblioquiz pourrait se transformer en un événement européen annuel en ligne. La littérature et la culture des pays d’Europe de l’Est, futurs membres de l’Ue pourraient être adjointes au Quiz.
Le retour d’informations (" feedback ") révèle un intérêt certain, et cela est particulièrement encourageant et stimulant, pour la recherche connexe aux thèmes littéraires et culturels. Le niveau des questions posées nous a semblé être le niveau approprié. Il ne nous reste qu’à optimiser et intensifier les R.P. de façon qu’un plus grand nombre de personnes puisse être informé du présent projet aux multiples facettes. Nous avions quelque peu sous-évalué les efforts nécessaires à l’organisation et à la gestion d’un Quiz multinational et plurilingue mais les résultats obtenus justifient amplement les énergies et les investissements engagés. De grands éditeurs étant intéressés par le présent projet, nous ne devrions avoir aucune difficulté à trouver des partenaires pour les prix. Le travail d’équipe a développé les contacts et créé de nouvelles coopérations sur d’autres thèmes.






COURS ESTIVAL
Cambridge (Angleterre) - 13 /19 juillet 2003 - Centre britannique de Traductions littéraires ("British Centre for Literary Translation")

Ce projet visait à réunir des traducteurs littéraires et des écrivains afin qu’ils puissent passer une semaine à traduire et à dialoguer au cours des ateliers, conférences, séminaires et débats. Les traducteurs étaient composés de jeunes et de seniors, de professionnels expérimentés et de débutants. Ce mélange entre différentes langues et différentes expériences est crucial pour le succès de l’école. Cette année, les traducteurs provenaient des pays suivants : Angleterre, Irlande, Italie, Allemagne, Finlande, Portugal, République tchèque, Roumanie, Suède, Bulgarie, Albanie et Hongrie. Ils ont participé à des ateliers de traduction de l’anglais en italien/allemand/espagnol et réciproquement ainsi qu’à des ateliers de poésie en espagnol-italien et plurilingue. Les écrivains fixes ont été Katharina Hacker, Aidan Mathews, Ignacio Martin de Pison, George Szirtes et Peter Zilahay. C’est la troisième fois que le BCLT organise un cours estival et, suite à l’augmentation du nombre de participants (cette année ils étaient 50), due à sa réputation grandissante, il s’est pour la première fois tenu au Girton College de Cambridge et non plus à l’Université d’East Anglia.

Le cours estival a fait l’objet d’une publicité variée, notamment :
i) publicité sur le site Web du BCLT et les groupes de discussion par courrier électronique
ii) publicité par l’intermédiaire du British Council
iii) publicité à travers les programmes universitaires de traduction dans toute l’Europe
iv) imprimés publicitaires réalisés par le BCLT
v) réseau RECIT des centres de traduction

Des bourses d’étude totales et partielles ont été accordées. Pour bénéficier d’une bourse d’étude, les candidats devaient adresser leur curriculum ainsi qu’une lettre de motivation décrivant leur expérience et de leur intérêt pour la traduction littéraire comme profession. Ils devaient également exposer les raisons pour lesquelles ils faisaient demande d’une bourse d’étude pour fréquenter le cours. Dans la mesure du possible, la préférence a été accordée aux demandeurs n’ayant jamais bénéficié d’une bourse pour le cours estival.

Le Cours Estival a consolidé sa validité d’instrument de promotion de la traduction littéraire de la façon suivante :
- En promouvant les traductions littéraires en réunissant des écrivains et des traducteurs méritants.
- En facilitant les contacts entre traducteurs de langues et de traditions littéraires différentes.
- En stimulant le dialogue entre traducteurs à travers ateliers, débats et séminaires de traduction.
- En fournissant un environnement au sein duquel les jeunes traducteurs puissent bénéficier de l’expérience et des conseils des traducteurs chevronnés.
- En développant de nouvelles zones de travail avec des écrivains et des traducteurs en provenance d’Amérique latine et de Chine.
- Plusieurs des ouvrages traduits pendant le Cours Estival ont été ou seront publiés sur support papier ou sur Internet. L’édition actuelle de la revue " In Other Words " éditée par le BCLT comprendra également plusieurs extraits des débats et des séminaires organisés durant le cours estival.





ATELIERS DE FORMATION A LA TRADUCTION THEATRALE
Seneffe (Belgique) - 9 novembre 2002 / 11 octobre 2003 – CETL


L’objectif initial était de :
- sensibiliser les apprenants à la spécificité de la traduction théâtrale
- faire prendre conscience de la différence entre une traduction théâtrale destinée à être lue et une traduction théâtrale destinée à être jouée
- mettre les étudiants en contact avec les professionnels du milieu théâtral, entre autres des acteurs, des metteurs en scène qui ont toujours leur mot à dire dans la version finale jouée
Tous ces objectifs ont pu être atteints par le biais des ateliers et du contact avec les professionnels, et plusieurs des étudiants souhaitent continuer une formation et s’engager dans la voie de la traduction du texte théâtral. Des contacts ont été pris entre autres avec la Maison Antoine Vitez de Montpellier.
Il est apparu que la demande de traducteurs de textes théâtraux augmentait avec le temps. Les participants aux ateliers de traduction théâtrale du CETL se sont montrés désireux de poursuivre leur formation. Il a donc été décidé de multiplier ce type d’ateliers et d’établir des contacts plus fréquents et plus étroits avec le milieu (Maison Antoine Vitez, Heinz Schwarzinger pour le théâtre autrichien, Pietro Pizzuti et le théâtre Le Public de Bruxelles, Thierry Debroux, acteur et metteur en scène belge, André Marcowicz, traducteur français de théâtre russe, etc.)
- sensibilisation à la spécificité de la traduction théâtrale
- sensibilisation à l’importance de ce type de traduction dans le monde contemporain
- prises de contacts avec le milieu, via des acteurs, des metteurs en scène, des traducteurs et des auteurs de théâtre
- création de petits groupes de traducteurs par langue, désireux de découvrir et de faire découvrir un nombre croissant de pièces contemporaines pour les exporter dans les autres cultures
Total participants : 31





ATELIERS DE TRADUCTION LITTERAIRE VERS LES LANGUES ETRANGERES
Seneffe (Belgique) 30 novembre 2002 / 26 octobre 2003 - CETL


L’objectif initial était de former des traducteurs littéraires étrangers (hispanophones et néerlandophones) capables d’exporter la littérature francophone, entre autres belge, dans leur culture, respectivement espagnole, hollandaise et flamande).
Cet objectif a été largement atteint, comme le prouvent les très bons résultats obtenus à des examens d’évaluation. Plusieurs étudiants ont même décidé de consacrer un travail de traduction important à nos auteurs belges de langue française.
Grâce aux contacts réguliers permis par le CETL avec les plus grands traducteurs néerlandais et espagnols, les apprenants sont introduit dans le milieu de la traduction, de l’écriture et de l’édition de leur pays respectif. Certains ont même déjà des contrats de traduction en vue.
Il a été décidé de poursuivre l’expérience de formation en traduction littéraire vers les langues étrangères, et plusieurs candidats se sont montrés désireux de voir ouvrir une section de traduction de l’anglais vers l’espagnol, ainsi qu’une section de traduction du français vers le portugais, en collaboration avec la librairie Orfeu de Bruxelles.
- consolidation à Bruxelles d’un cycle de formation en traduction de textes littéraires et donc aussi de sciences humaines, vers l’espagnol et vers le néerlandais
- projet d’ouverture de deux nouvelles sections : de l’anglais vers l’espagnol et du français vers le portugais.
- possibilités pour les maisons d’édition néerlandaises et espagnoles de trouver un vivier de traducteurs littéraires formés par les plus grands professionnels : en effet, les éditeurs qui ont un besoin croissant de bons traducteurs, ne savent pas toujours où les trouver. Par la création de ce type d’ateliers, le CETL fonctionne désormais comme un lieu de mise en contact d’éditeurs-demandeurs et de traducteurs de haut niveau.
Total Participants 12.





XI JOURNEES SUR LA TRADUCTION LITTERAIRE
Tarazona (Espagne) - 17 - 18 - 19 octobre 2003 – Casa del Traductor


Les Journées autour des Traductions littéraires se déroulent à Tarazona depuis 1992. Il s’agit d’une rencontre aujourd’hui consolidée qui, une fois par an, réunit les traducteurs professionnels espagnols et les traducteurs et les professionnels d’autres pays, toujours liés à l’univers de la traduction.
L’objectif de ces Journées est d’organiser une rencontre d’envergure internationale en mesure de réunir d’éminents traducteurs, écrivains, professeurs et théoriciens de la traduction littéraire de plusieurs pays.
Nombre de participants : 225-250
Nombre d’intervenants : 20-22
Un écrivain reconnu est chargé de la conférence d’inauguration et participe également à une table ronde avec certains de ses traducteurs en d’autres langues, invités pour l’occasion. A ce jour, ont participé aux Journées les écrivains suivants : Ana Mª Matute, Juan Goytisolo, Bernardo Atxaga, Julio Llamazares, Luis Mateo Díez, Enrique Vila-Matas, Alfredo Bryce Echenique, Manuel Sánchez Ostiz, Rosa Regàs Javier Tomeo. L’écrivain invité à l’occasion de cette XIe édition fut Eduardo Mendicutti.
Les intervenants sont d’éminents traducteurs, critiques et spécialistes de la traduction littéraire. Les Journées bénéficient également de la présence des deux Prix Nationaux de Traduction de l’année précédente.
L’objectif de ces Journées est d’organiser une rencontre d’envergure internationale en mesure de réunir d’éminents traducteurs, écrivains, professeurs et théoriciens de la traduction littéraire de plusieurs pays. Les différentes sessions sont entrecoupées de conférences, ateliers et débats au cours desquels plusieurs aspects sont traités notamment :
- L’édition et la traduction d’ouvrages espagnols dans d’autres langues et d’ouvrages étrangers en espagnol.
- La situation de l’édition et de la traduction en Espagne.
- Les écrivains et les traductions.
- Le rôle de la théorie de la traduction dans la pratique de la traduction littéraire.
- La situation du traducteur professionnel et le rôle des associations de traducteurs.





NOUVELLES FRONTIÈRES DE LA SCÈNE ALLEMANDE
Février / Juin 2003 - Goethe Institut


Le but du projet est de
- soutenir la traduction de pièces de la nouvelle dramaturgie allemande en différentes langues européennes
- créer un "network" de traducteurs spécialisés en textes dramatiques
- proposer aux dramaturges et metteurs en scène à l'étranger ainsi qu'au public général s’intéressant au théâtre contemporain allemand un accès nouveau et facil aux traductions.

Sous l’adresse électronique www.goethe.de/theaterbibliothek, les intéressés trouvent une liste de traductions disponibles pouvant être commandées sans aucun frais par simple courrier électronique.
De nombreux éditeurs spécialisés ont fait part de leur volonté de mettre d’autres traductions à la disposition du projet.
Le soutien des éditeurs et la réponse du public de l'Europe entier (les nouveaux membres de l'UE inclus) prouvent l'intérêt pour et le succès du projet.

Le projet a mis à la disposition de chaque pays un budget de euro 3.000.- correspondant au financement de la traduction de trois pièces qui ont été choisies selon leur qualité et leur importance dans le contexte de chaque pays par les Instituts Goethe locaux et une jury allemand composé de spécialistes.

Dans le cadre du projet 41 pièces de théâtre ont été traduites et mise en disposition en traduction espagnole, anglaise, francaise, italienne, catalane ou greque.
En 2003 nous avons répondu à un total de 739 ordres de textes, la plupart par des dramaturges et metteurs en scène.
A travers l'Europe de nombreuses mises en scène et lectures scéniques de nouvelles pièces allemandes ont été organisées à la base des textes envoyés.
Le projet a facilité la traduction dans le secteur de théâtre, généralement difficil à financer.

La "Bibliothèque théâtrale digitale" est devenu le plus grand distributeur de nouveaux textes théâtrals allemands en traduction.
Vu le fait qu'environ 300 traductions supplémentaires existent encore en version imprimée; il est prévu de digitaliser ces textes et de les inclure à la "Bibliothèque théâtrale digitale".
Le programme de supports pour la traduction de textes théâtrals nouveaux - environ 40 textes nouveaux chaque année - sera continué.