Prix Grinzane Cavour


 www.grinzane.net  web

Le Prix Grinzane Cavour - Un prix régi par les jeunes

C'est au cœur du Piémont qu'en 1982 naît, d'abord à Alba puis à Turin, sur initiative de son Président Giuliano Soria, le Prix Grinzane Cavour dont le but institutionnel est l'approche des jeunes à la lecture. Le siège du Prix est le château de Grinzane Cavour, érigé au cours de la première moitié du XIIIe siècle et qui fut, au siècle dernier, la demeure du grand homme d'État italien Camillo Benso di Cavour.
L'école est les jeunes sont l'objectif primaire du Prix Grinzane, qui se fixe de diffuser le goût pour la lecture de textes qui ne soient pas exclusivement finalisés aux programmes scolaires, d'où l'idée du double jury : le jury des critiques et celui des étudiants.
Critiques littéraires, essayistes, écrivains, journalistes et personnalités du monde de la culture italienne sont appelés à juger les livres en concours. A leurs côtés, les étudiants : subdivisés en 17 jurys scolaires, ils sont sélectionnés dans les lycées de toute l'Italie, dans les lycées italiens de Bruxelles, Buenos Aires, Fiume, Paris et Prague, et dans des départements de culture italienne des universités de Moscou, Salamanque (Espagne), Connecticut (États-Unis) et Stockholm.
La manifestation poursuit son but institutionnel dans le plein respect de ce mécanisme démocratique. Persuadé qu'il est plus important d'encourager à la lecture des livres plutôt que d'en promouvoir les ventes, le Prix Grinzane veut proposer, au sein comme en dehors de l'école, une nouvelle façon de percevoir la lecture, convaincu que la raison d'être d'un prix littéraire passe d'abord par la formation de nouveaux lecteurs.

Le Prix Grinzane Cavour est subdivisé en sept sections : le roman italien contemporain édité, le roman étranger contemporain traduit et publié en Italie, la traduction, les essais, les jeunes auteurs débutants, le Prix international, reconnaissance réservée aux auteurs italiens et étrangers ayant "consacré leur vie à la littérature" (à ce jour, ont été primés Julien Green, Günter Grass, Czeslaw Milosz, Carlos Fuentes, Bohumil Hrabal, Oe Kenzaburo, Yves Bonnefoy, Jean Starobinski, Vidiadhaur S. Naipaul, Manuel Vázquez Montalbán, Doris Lessing) et le Prix Grinzane Editoria, dédié à Giulio Bollati, un des symboles de l'édition italienne. Ce dernier est destiné aux personnalités qui se sont distinguées dans le monde de l'édition nationale ou internationale par leur éthique et leur engagement civil. En 2001, le Prix Grinzane Editoria a été remis à l'intellectuel et éditeur allemand Hans Magnus Enzensberger.
Au fil des ans, les choix culturels du Prix Grinzane Cavour ont su se poser en indicateur des tendances du monde littéraire italien et étranger. Ils ont attiré l'attention du grand public sur des auteurs comme Wole Soyinka, Nadine Gordimer, José Saramago et Günter Grass, les récompensant avant que le Prix Nobel n'en décrète le succès international. Parmi les auteurs primés au cours des différentes éditions, citons les italiens Primo Levi, Antonio Tabucchi, Sebastiano Vassalli, Vincenzo Consolo, Luigi Malerba, Raffaele La Capria, Roberto Pazzi, Raffaele Nigro, Salvatore Mannuzzu, Lalla Romano, Guido Ceronetti, Alberto Arbasino, Francesco Biamonti, Daniele Del Giudice, Filippo Tuena e Diego Marani ; et les étrangers Michael Crichton, Jorge Amado, Paulo Coelho, Kurt Vonnegut, Bernard-Henri Lévy, Mario Vargas Llosa, Graham Swift, Cess Nooteboom, Tatjana Tolstaja, Michel Tournier, Ian McEwan, Izrail' Metter, Adofo Bioy Casares, Anita Desai, Cees Nooteboom, Abraham B. Yehoshua, René Depestre, David Grossman, Alvaro Mutis, Yu Hua, Ismail Kadaré, Michael Cunningham et Chaim Potok.
En 2001, à l'occasion des vingt ans du Prix Grinzane un prix spécial a été conféré à l'auteur afro-américain Toni Morrison pour son engagement en faveur de la culture de la tolérance.

Prix atypique, le Grinzane est devenu un service culturel à disposition de l'école italienne, véritable trait d'union entre le roman et les jeunes lecteurs. Au fil des années, le prix s'est transformé en une fondation culturelle à disposition de la littérature et des jeunes. Il ne limite pas ses activités à la sélection des ouvrages en concours et à la remise des prix mais il soutient de nombreuses initiatives collatérales qui sont désormais partie intégrante de la manifestation. Chaque année, rencontres et tables rondes centrées sur des thèmes d'actualité touchant au panorama littéraire sont organisées avec des écrivains, des critiques et des opérateurs culturels. Parmi ces événements, les Congrès internationaux : Europa e America 1492-1992 : Due civiltà a confronto (1991) ; Letteratures dell'Est : nuove frontiere per nuovi confini (1992 ; Letterature del Mediterraneo : un antico futuro (1993) ; Letterature dei Caraibi : dal Nuovo Mondo al Mondo Nuovo (1995) ; L'Europa delle culture : la cultura dell'Europa (1996 ; Parlare con i piedi : letteratura sport et dintorni (1997) ; Uno sguardo a Oriente : scrittori di Cina, Giappone, Corea e Vietnam (1998) ; Incrocio di culture : la scruttura dell'alterità (2000) ; Giovani d'Europa tra note, suoni e Napster (2001).

En 1992 l'association Prix Grinzane Cavour a commencé à organiser les premiers congrès à l'étranger, en collaboration avec le Ministère des Affaires étrangères. Des congrès ont été organisés dans des villes où le Prix Grinzane est présent à travers des jurys scolaires comme Paris, New York, Buenos Aires et Salamanque. A Paris, c'est à l'Institut italien de Culture que s'est tenu le congrès international "Il viaggio letterario. Otto scrittori del Grinzane a confronto", auquel ont participé les écrivains français Julien Green, Michel Tournier, Jean Lévi, l'albanais Ismail Kadaré et les italiens Giorgio Calcagno, Manlio Cancogni, Luigi Malerba et Roberto Pazzi. À New York en 1992, le congrès, auquel ont participé Isabella Bossi Fedrigotti, Franco Ferrucci, Rosetta Loy, Lorenzo Mondo, Nico Orengo, Sandra Petrignani et Francesca Sanvitale s'intitulait "Il mito delle origini : un tema letterario". En 1995 le Prix organisait le congrès "Italia contemporanea : tredici scrittori italiani a Salamanca", avec la participation de Francesco Biamonti, Vincenzo Consolo, Daniela Del Giudice, Raffaele La Capria, Gina Lagorio, Maurizio Maggiani, Luigi Malerba, Lorenzo Mondo, Raffaele Nigro, Nico Orengo, Giuseppe Pontiggia, Francesca Sanvitale et Emilio Tadini. En 1997 c'est la ville de Buenos Aires qui a accueilli un congrès sur le thème "L'Italia, le Italie : radici e identità", quatre journées de rencontres dédiées à la culture italienne. Cette manifestation, à laquelle ont participé Alberto Arbasino, Alessandro Barbero, Francesco Biamonti, Vincenzo Consolo, Valerio Magrelli, Salvatore Mannuzzu, Francescca Sanvitale, Raffaele La Capria, Gianni Minà, Giulio Einaudi, Gianni Vattimo, était parrainée par la Région Piémont et organisée en collaboration avec le Ministère des Affaires étrangères. En 1998, toujours à Buenos Aires et toujours avec le soutien de la Région Piémont et du Ministère des Affaires étrangères, le prix Grinzane a préparé un débat entre écrivains italiens et étrangers intitulé "Le frontiere della letteratura" entre inéluctabilité des racines culturelles et mobilité des frontières linguistiques avec la présence de Bruno Arpaia, Alberto Asor Rosa, Daniele Del Giudice, Vincenzo Consolo, Normelio Zanotto. Toujours en 1998 à Prague, sous le patronage de la Région Piémont et du Ministère des Affaires étrangères s'est tenu le congrès "Praga crocevia di culture", sur la centralité de la capitale tchèque dans l'histoire culturelle européenne. Ont participé à cette discussion Francesco Biamonti, Daniele Del Giudice, Raffaele La Capria, Maurizio Maggiani, Valerio Magrelli, Paolo Mauri, Lorenzo Mondo, Nico Orengo, Giuliana Morandini, Giorgio Pressburger, Francesca Sanvitale.
Le 13 décembre 1999, à l'occasion du centenaire de la mort de la comtesse de Castiglione, le Prix Grinzane Cavour a organisé un congrès à Paris.
Personnage historique singulier, que les notes de l'époque décrivent comme très belle et très séduisante, Virginia Oldoini, comtesse de Castiglione, conjuguait la beauté à une attitude marquée pour l'intrigue politique et le jeu des diplomaties internationales. Pour appuyer Cavour, son cousin, elle usa de tous ses charmes pour conquérir Napoléon III et le rapprocher de la cause italienne. Un séjour prolongé au château de Costigliole, un des prestigieux sièges du Parc culturel, fait de la comtesse un personnage particulièrement cher au Prix Grinzane qui, à l'occasion du congrès parisien s'est chargé de la restauration de la tombe de Virginia Oldoini, enterrée au cimetière monumental du Père Lachaise.
La rencontre, organisée à l'Institut Italien de culture, a vu la présence de plusieurs représentants de la culture italienne et française : Alberto Arbasino, Corrado Augias, Martina Corgnati, Alain Decaux, Alain Elkann, Michele Falzone del Barbarò, Daria Galateria, Cecilia Ghibaudi, Françoise Heilbrun, Giuliano Soria, Françoise Tétart-Vittu.
Du 9 au 14 février 2000, c'est à l'occasion de la Foire du livre de la Havane, que s'est tenu à Cuba le congrès "Letterature a confronto". Cette manifestation se fixait pour mission d'encourager le dialogue entre les deux mondes littéraires, italien et cubain. Différents thèmes et genres littéraires ont été abordés au cours des rencontres: "Cuba con gli occhi degli altri", "Patrie reali e patrie immaginarie", "Il discorso narrativo femminile a Cuba et in Italia", Cattolicesimo, protestantesimo e santeria a Cuba", "Il romanzo storico come racconto del presente", "L'ultima generazione letteraria si presenta", "Poesia, emozioni universali?", "Personnaggi, atmosfere, storie della scrittura del mistero", "La traduzione come scambio di cultura". Nombreux ont été les écrivains et les intellectuels impliqués par le Prix Grinzane Cavour. Les italiens : Irina Bajini, Massimo Carlotto, Marcello Fois, Gina Lagorio, Carlo Lucarelli, Luther Blisset Maurizio Maggiani, Dacia Maraini, Valerio Magrelli, Silvio Mignano, Gianni Minà, Nico Orengo, Tiziano Scarpa, Stefano Tassinari, Simona Vinci, Lorenzo Mondo, Giuseppe Bellini, Emilia Perassi, Giampiero Schibotto; et les cubains : Daniel Chavarría, Carlos Martí, Arturo Arango, Miguel Mejides, Pablo Fernández, Marylin Bobes, Mirta Yáñez. Senel Paz, Julio Travieso Serrano, Alexis Díaz Pimienta, Cintio Vitier. Pour compléter la semaine dédiée à la culture italienne, le Grinzane a organisé un programme de manifestations spéciales : l'homage a citio Vitier (Octogénaire poète cubain, Prix Nacional) ; les rencontres sur Italo Calvino et sur Pinocchio ; la création d'un Prix littéraire à Cuba et la présentation de quelques revues italiennes de culture ibérique.
Du 2 au 6 mai 2000, à l'occasion de la Foire internationale du livre de Buenos Aires, le Prix Grinzane Cavour a proposé une série de rencontres culturelles avec la participations des écrivains italiens Luca Doninelli, Maurizio Maggiani, Paolo Maurensig, Lorenzo Mondo, Nico Orengo, Laura Pariani, Roberto Pazzi, Sandra Petrignani, Giorgio Van Straten et Sandro Veronesi. C'est ainsi que le 3 mai il a organisé à la Biblioteca Nacional de Buenos Aires une conférence au cours de laquelle divers écrivains ont discuté sur le thème "I miti che ritornano". Toujours à la Biblioteca Nacional, le jeudi 4 mai, en souvenir de Cesare Pavese dans le cinquantième anniversaire de sa mort, s'est tenu un congrès auquel ont participé Guido Davico Bonino, Lorenzo Mondo, Marziano Guglielminetti, le traducteur de Pavese et poète argentin Horacio Armani, l'essayiste Miguel Espejo et l'écrivain Alvaro Abós. Vendredi 5 mai, la compagnie théâtrale italienne Assemblea Teatro a présenté Dialoghi (de Pavese), spectacle inspiré du texte Dialoghi con Leucò, mise en scène de Renzo Sicco, avec Gisella Bein, Lino Spadaro et Lola Manzano González. En outre, une rencontre intitulée Torino : letteratura e altro, a vu la participation des écrivains turinois Guido Davico Bonino, Lorenzo Mondo, Nico Orengo et Marziano Guglielminetti qui ont fait de Turin le protagoniste ou le théâtre d'histoires littéraires. D'autres rencontres animées par des écrivains italiens se sont déroulées dans les villes de Córdoba, La Plata et Mendoza. Par ailleurs, le jeudi 4 mai a été présenté le concours Il mito del viaggio réalisé en collaboration avec les quotidiens "La Repubblica" (Rome) et "Clarín" (Buenos Aires).
Les 3 et 4 novembre 2000, le Prix Grinzane Cavour, avec la participation de la Région Piémont et en collaboration avec le Ministère des Affaires étrangères a organisé à Édimbourg une série de rencontres à la mémoire de deux grands écrivains piémontais : Cesare Pavese et Beppe Fenoglio. Vendredi 3 novembre, à l'Institut italien de culture, dans Omaggio a Cesare Pavese une rencontre a eu lieu au cours de laquelle sont intervenus Gian Luigi Beccaria, Francesca Billiani, Marziano Guglieminetti, Renato Minore, Lorenzo Mondo, Brian Moloney, Rossella Riccobono, Doug Thompson, Bart Van den Bossche et Sharon Wood. Dans la soirée, à l'Adam House Theatre, la compagnie italienne Teatro dell'Angolo a présenté Pugni nell'aria. Dedicato a cesare Pavese, mise en scène de Giorgio Boccassi, de et avec Giorgio Boccassi, Donata Boggio Sola, Vanni Zinola.
Samedi 4 novembre, au Cinema Lumière s'est déroulé l'Omaggio a Beppe Fenoglio, avec intervention de Gian Luigi Beccaria, Roberto Bigazzi, Ugo Cerrato, Philip Cooke, Peter Hainsworth, Lorenzo Mondo, Enrico Palandri et Jonathan Usher. Dans la soirée, toujours au Cinema Lumière, a été projeté en avant-première, en version anglaise, Il partigiano Johnny, film de Guido Chiesa, interprété par Stefano Dionisi, présenté à l'édition 2000 du Festival de Venise.
Le Prix Grinzane Cavour, en collaboration avec le Ministère des Affaires étrangères, l'Institut italien de culture de Tokyo, la Fondation Italie au Japon 2001, la Région Piémont et la Ville de Turin, était présent au Japon les 20 et 21 avril à l'occasion des manifestations "Italie au Japon 2001" : une prestigieuse vitrine sur l'art, la culture, la technologie, les produits et la créativité italiens. Onze écrivains italiens - Alberto Arbasino, Vincenzo Cerami, Ernesto Ferrero, Raffaele La Capria, Valerio Magrelli, Lorenzo Mondo, Nico Orengo, Giorgio Pressburger, Elisabetta Rasy, Francesca Sanvitale e Tiziano Rossi - furent les protagonistes de rencontres littéraires à la Foire du livre de Tokyo et à l'université de Gaigo.
Du 11 au 15 juillet 2001 le Prix a organisé à Tirana l'initiative "Albania questa sconosciuta. Scrittori tra due sponde". Cette série de rencontres entre écrivains, intellectuels et journalistes italiens et albanais visait à démystifier stéréotypes et clichés. La délégation italienne était composée de Mimmo Candito, Massimo Carlotto, Eraldo Affinati, Predrag Matvejevic, Raffaele Nigro, Lorenzo Mondo, Nico Orengo, Younis Tawfik, Ettore Boffano, Maria Giovanna Maglie, Andrea Purgatori, Gian Antonio Stella, Giacomo Annibaldis, Edoardo Albinati, Vito Bruno, Marco Ferrante et Silvio Perrella. Cette manifestation a été mise en œuvre en collaboration avec la région Piémont, le Ministère des Affaires étrangères, l'Institut italien de culture de Tirana et la Maison du livre et de la communication de Tirana. La délégation italienne a également rencontré les plus hautes autorités politiques albanaises et les plus hauts militaires italiens présents en Albanie.

Les autres activités promues par le Grinzane Cavour sont : Grinzaneletture (Grinzane lectures) : (cycles d'enquêtes annuelles sur les jeunes et la lecture dont l'édition 1998 fut dédiée aux jeunes et aux bibliothèques). Scrivere il giornale (Écrire le journal) et Cartabianca (Carte blanche) (avec lesquels les jeunes des lycées ont pu s'essayer au journalisme en écrivant des articles de journal - les meilleurs articles seront publiés sur un quotidien national - ou en créant leur propre journal) et de nombreux autres concours dédiés à l'écriture et ayant trait à la télévision, la radio, le théâtre.

En 1997 est né GrinzaneEuropa, (Grinzane Europe) enquête sur l'identité culturelle des jeunes d'Europe, menée à l'échelle internationale et parrainée par la Commission des Communautés européennes, le Ministère des Biens culturels de la République italienne, la Fondation Giovanni Agnelli et la Compagnie San Paolo de Turin. L'enquête réalisée sur le rapport entre les jeunes, la lecture et le cinéma s'intitulait "Giovani d'Europa, letteratura e musica" ("Jeunes d'Europe, littérature et musique").

Une autre réalité significative née au sein du Prix est le Parco culturale (Parc culturel) du Prix Grinzane Cavour, projet soutenu par la Région Piémont et dont le siège principal est le Château de Costigliole d'Asti. Le Parc culturel est chargé d'encourager la valorisation de l'identité culturelle du territoire piémontais entre Langhe, Roero et Monferrat. Parmi ses nombreuses initiatives on remarque le Festival del Parco Culturale (Festival du parc culturel), vitrine de spectacles de théâtre et d'événements culturels italiens et internationaux disséminés sur tout le territoire piémontais, complétés par des expositions de peinture, des prix littéraires liés à des personnalités piémontaises (Prix Cesare Pavese) et concours d'écriture destinés à valoriser la culture matérielle locale.

Au mois de mars 2001 l'Unesco a signé une convention avec le Prix Grinzane Cavour, élevant ce dernier au titre de "structure d'excellence du panorama culturel international".