COMEDIE DE SAINT-ETIENNE - Centre Dramatique National


 www.comedie-st-etienne.fr  web


COMEDIE DE SAINT-ETIENNE - Centre Dramatique National

À Saint-Étienne la vie du théâtre puise son exceptionnelle vitalité dans une longue tradition. Molière y aurait séjourné ...
Mais n'est-ce pas ici une extension du " syndrome Napoléon " qui logea dans la moitié des communes de France à en croire la rumeur toujours prompte à attirer le touriste? Par contre, la visite régulière de nombreuses compagnies itinérantes dès le XIXème siècle atteste plus sérieusement de cette vitalité, relayée par un théâtre amateur de qualité qui puise dans les différentes communautés ouvrières de la ville une partie de ses talents. Jean Dasté, venu de Grenoble, y installa la compagnie des Quatre Saisons en 1946.

Sous l'impulsion de Jeanne Laurent, grande instigatrice de la décentralisation théâtrale aux ministères de l'après-guerre, dès octobre 1947 est créé l'un des tous premiers Centre Dramatique National de France. Dasté assurera sa direction jusqu'en 1971. Vingt cinq ans de théâtre à Saint-Étienne, autour d'un répertoire avant tout constitué de classiques français -même si Brecht, contemporain de l'époque, est souvent à l'affiche. Vingt cinq ans de théâtre à Saint-Étienne qui laissent l'empreinte d'un théâtre profondément populaire, souvent joué sur les places de la ville, en plein air ou sous chapiteau.

C'est alors le temps du grenier de l'École des Mines, premier lieu de vie et de répétition de la toute jeune Comédie de Saint-Etienne, le temps des tréteaux et des tournées de villages immortalisés par les photos d'Ito Josué. Lorsqu'au début des années 70, Jean Dasté se retire, Pierre Vial prend la direction d'un théâtre qui fait corps avec sa ville. Il draine, autour de sa toute nouvelle scène dans les anciens locaux des Mutilés du Travail, un public nombreux et fervent, issu de milieux sociaux très divers. C'est une direction bicéphale, Guy Lauzin, Daniel Benoin, qui succède à Pierre Vial. Dès 1978 Daniel Benoin assure seul la fonction. A moins de trente ans, il est le plus jeune directeur de Centre Dramatique National de France. Issu du Théâtre de l'Aquarium, metteur en scène novateur et talentueux, il va profondément réorienter la Comédie et élargir son action.

En posant, à contre courant de l'époque, la permanence d'une équipe artistique comme pierre angulaire de sa création, Daniel Benoin, à travers des options esthétiques résolument modernes, revisite les classiques mais s'appuie avant tout sur un répertoire contemporain. Un théâtre d'aujourd'hui qui nous parle d'aujourd'hui tisse le paysage culturel de la région depuis une vingtaine d'années.

L'assise populaire et la mission de théâtre public ne sont pas délaissées pour autant. Grâce notamment à l'implication dans la cité de l'équipe permanente, la Comédie touche un public beaucoup plus large dans sa nouvelle salle inaugurée en 1981 par Jack Lang pour atteindre plus de 10 000 abonnés aujourd'hui. Dans un bassin de population de 300 000 habitants, c'est un record et le fruit d'un travail de 50 années.

Soucieux d'héritage et de pédagogie, Daniel Benoin crée en 1982 l'Ecole de la Comédie de Saint-Etienne, destinée à devenir l'une des grandes écoles nationales de formation de l'acteur. Elle accueille de jeunes talents venus de tout le territoire, parfois même de l'étranger, pour briguer l'une des dix places accessibles au concours d'entrée. Après trois années de formation les liens se sont tissés avec la ville et de nombreux jeunes artistes s'y installent. Saint-Etienne est ainsi devenu en quelques années une pépinière de talents dans le domaine du spectacle vivant. On y compte aujourd'hui une trentaine de compagnies théâtrales qui trouvent pour certaines une audience toujours régionale, parfois nationale.

C'est aussi un des axes forts de la politique de la Comédie : décentraliser toujours la décentralisation, veiller à ce que le CDN aide à l'émergence de talents nouveaux. En accueillant régulièrement plusieurs créateurs régionaux, la Comédie leur donne aussi les moyens techniques et l'audience d'une grande institution. Dans ce sens, en 1991 Daniel Benoin se voit confier la direction du Théâtre du Parc d'Andrézieux-Bouthéon sur la demande de François Mazoyer alors Maire de la ville. Cet équipement culturel bénéficie d'une salle de jauge moyenne (368 places) et accueille chaque saison environ 20 spectacles dont 2 créations de la Comédie de Saint-Etienne.

Depuis Janvier 2001 l'ouverture d'une nouvelle salle de spectacle " l'Usine ", conçue comme un lieu modulable et alternatif de création, permettra de proposer un outil adapté à une expression théâtrale mais aussi musicale et dansée, qui ne cesse d'interroger le rapport classique scène-salle. Dévolue à la jeune création à travers un répertoire purement contemporain elle a pour vocation de s'ouvrir à un nouveau public. En 2000 la première française de " Crave " de Sarah Kane dans une mise en scène de Daniel Benoin préfigurait de l'esprit qui doit habiter le lieu.

Mais c'est sans doute l'ouverture Européenne de la Comédie de Saint-Etienne qui marque ces dernières années. Créée il y a maintenant douze ans à l'initiative de Daniel Benoin, La Convention Théâtrale Européenne regroupe aujourd'hui plus de 30 théâtres de 20 pays différents. C'est un large réseau européen qui s'est mis en place pour favoriser les échanges d'hommes et d'idées, pour mettre en commun les moyens de production à la charnière duquel se trouve le Forum du Théâtre Européen créé à l'initiative du Conseil Général de la Loire et de la Comédie de Saint-Etienne. (le cinquième qui avait lieu en juin 2000 avait pour thème " l'acteur à l'aube du XXIème siècle ").

Ces rencontres sont devenues un des rendez-vous essentiels des professionnels européens qui témoignent de leurs différentes expériences et mettent en perspective le futur de la création. Vous pouvez retrouver sur un numéro hors série de la revue " Du théâtre " l'essentiel des débats du Forum. Chaque année un état des lieux de chaque pays rend compte de la situation du théâtre à travers l'Europe.

Le grand public, lui fréquente régulièrement les soirées où sont proposés des spectacles étrangers. Wilson il y a quelques années, Ronconi, Vassiliev et Lev Dodine la saison dernière, se produisent à Saint-Etienne, alors que les créations de la Comédie sont régulièrement diffusées à l'étranger. En effet depuis 1980, Daniel Benoin est l'un des metteurs en scène français qui travaille le plus dans les grands théâtres européens. C'est ainsi qu'il a monté récemment Dom Juan à Anvers (1997), Puntila et son Valet Matti au Théâtre de Bonn (1998), l'Avare à Stockholm (1999) et les Troyennes de Sénèque à Séville (2000).

C'est pour permettre à des metteurs en scène européens de faire la même expérience en France, que la Comédie s'est ouverte depuis 1992 à de grands metteurs en scène étrangers qui y créent leur premier spectacle en français, Jerzy Grzegorzewski (Dom Juan), Manfred Beilharz (l'Eveil du Printemps), Dusan Jovanovic (Lorenzaccio)...

C'est donc à la fois par son implication sur le terrain local au plus près de sa vocation de théâtre populaire et par une ambition européenne que se définit l'action et la politique de la Comédie de Saint-Etienne d'aujourd'hui. La dynamique qu'elle a su maintenir depuis sa création nous permet d'espérer que d'ici quelques années, il faudra ajouter bien des pages à ces pages....