N.3 - Mars/Avril 2002
Periodico d'informazione per la promozione del libro, della lettura e della traduzione.

Téléchargement PDF n° 3:
  4 pp. - 291 Kb 

Sommario:
- Congrès "Langues et cultures d'Espagne: les quatre voix d'une identité nationale"
- Participation au Salon du Livre de Paris



Congrès "Langues et cultures d'Espagne: les quatre voix d'une identité nationale"


Dans le cadre du Projet Culture 2000, le congrès “Langues et cultures d'Espagne : les quatre voix d'une identité nationale” s'est tenu à Rome le 16 novembre 2001. Organisé par l'Université degli Studi de Roma Tre en collaboration avec l'Institut Cervantès et le Prix Grinzane Cavour ce congrès s'est déroulé dans la salle “Ignazio Ambrogio” de la faculté. Y ont participé des spécialistes italiens de littérature espagnole et quelques-uns des principaux écrivains (traduits en italien) des quatre régions linguistiques cohabitant en terre d'Espagne : castillane, catalane, galicienne, basque.
Les interventions ont porté sur les quatre zones culturelles et linguistiques espagnoles qui présentent de fortes différences mais partagent la même la même conscience orgueilleuse de leur propre identité. Longtemps suffoqué par le centralisme franquiste, le sentiment nationaliste manifeste de ces régions est aujourd'hui libre de s'exprimer et a récemment suscité, au plan international, un regain d'intérêt pour ces "petites patries”. Du point de vue culturel, cet intérêt est axé sur la récupération des trésors de traditions minoritaires mais non pour cela culturellement “mineures”.
Loin d'être mineure, la production littéraire en langue catalane (dans ses variantes dialectales parlées en Catalogne, à Valencia et aux îles Baléares) a, au cours des vingt dernières années, connu un développement extraordinaire. À l'instar de la précédente, la production littéraire basque a récemment été redécouverte au niveau international grâce au succès de l'œuvre de Bernardo Atxaga, illustre représentant du mouvement de littérature écrite en langue “euskera”. La Galice jouit également d'un passé littéraire illustre : elle compte de très grands auteurs comme Gonzalo Torrente Ballester et le Prix Nobel Camilo José Cela, et d'un présent tout aussi brillant grâce à des écrivains de l'envergure de Manuel Rivas et Alfredo Conde. Le roman espagnol contemporain en langue castillane a également fait partie des débats : des écrivains affirmés tels Antonio Múñoz Molina et Javier Marías aux jeunes Marta Sanz, Gustavo Martín Garzo et José Carlón.
Durant le congrès sont intervenus les professeurs Giuliano Soria, Otello Lottini, Norbert von Prellwitz, Inoria Pepe Sarno, Giuseppe Taviani et Giuseppe Bellini ainsi que le Basque Patxi Zubizarreta, le Castillan Juan Madrid, les Catalans Miquel de Paloll et Alfredo Conde.
Le congrès “Langues et cultures d'Espagne : les quatre voix d'une littérature nationale” entendait donc donner la parole à quelques-uns des écrivains les plus représentatifs des quatre zones linguistiques cohabitant en terre d'Espagne en offrant aux hispanistes et au public des lecteurs, un panorama original, bien que non exhaustif, des littératures d'Espagne.





Participation au Salon du Livre de Paris.





Contributo sonoro proveniente da www.radiofrance.fr con letture di poesie di Mario Luzi e Giuseppe Conte in francese e italiano.
L'Italie fut l'un des pays hôtes de la dernière édition du Salon du Livre de Paris organisée du 22 au 27 mars 2002. À cette occasion, le Prix Grinzane Cavour, en collaboration avec l'Institut italien de Culture de Paris, avait coordonné une série de rencontres littéraires auxquelles ont participé d'importants auteurs italiens contemporains et différents acteurs du monde culturel italien.
Le premier congrès, intitulé "Il volto della letteratura femminile" (Portrait de la littérature féminine), s'est déroulé le vendredi 22 mars. Il a abordé le thème de la contribution des femmes écrivains italiennes à l'évolution du roman moderne en Europe et en particulier de la littérature italienne contemporaine. Y ont participé, entre autres, Rosetta Loy et Marisa Volpi.
Samedi 23 mars, le deuxième congrès, intitulé "Il giallo oggi in Italia e Francia" (Le roman policier aujourd'hui en Italie et en France) a suscité un intérêt particulier. Il était centré sur les affinités et les différences entre les écrivains français de romans policiers et les écrivains italiens de romans noirs. Y ont participé Massimo Carlotto, Marcello Fois, Carlo Lucarelli, Dominique Manotti, Santo Piazzese et Fred Vargas.
Une table ronde intitulée "La traduzione possibile in memoria di Bernard Simeone" (La traduction possible en mémoire de Bernard Simeone) a été organisée le lundi 25 mars. Elle était axée sur les nombreux problèmes liés à la traduction, comme véhicule du savoir entre les peuples. Conduite par Giuliano Soria, la discussion fut enrichie par les interventions de Franco Buffoni, Cesare Garboli, Valerio Magrelli et Magda Olivetti.
La série de rencontres s'est achevée mardi 26 mars par une soirée de lecture de poésies, "Notte dei poeti": i poeti italiani presentano le loro opere" (Nuit des poètes : les poètes italiens présentent leurs œuvres), avec intervention de quelques-uns des principaux poètes italiens contemporains : Giuseppe Conte, Mario Luzi, Valerio Magrelli, Giovanni Raboni, Edoardo Sanguineti, Patrizia Valduga et Andrea Zanzotto.
Ces manifestations ont connu un réel succès et rencontré les faveurs d'un public considérable et averti. Plus particulièrement appréciés le congrès "Le roman policier aujourd'hui en Italie et en France" et la soirée poésies auxquels le public était venu si nombreux que devant l'insuffisance des places assises, il a dû s'asseoir par terre.